La célèbre maison de Tours-sur-Marne est surtout populaire pour son rosé brut et ses faibles dosages. Sa cuvée Ultra Brut lancée il y a 40 ans a depuis, fait des émules parmi les champagnes non dosés.

Rester fidèle à ses derniers dans la catégorie Blanc de Blancs exige une maturité exceptionnelle des raisins lors des vendanges et la possibilité de vins de réserve conséquente. 

Le talent de Michel Fauconnet, chef de cave de la maison jusque 2020, a fait le reste.

Lancé en 2019, voici donc le Blanc de Blanc Brut Nature de Laurent-Perrier qui débarque au Québec.

J’ose l’analogie avec le grand blanc des océans pour commenter cette cuvée…

Son attaque est soudaine et vive, immédiatement effacée par le volume qu’elle déploie en bouche. Il faut savoir l’attendre, la laisser respirer, offrir ses notes de bergamote, presque de lime.

Elle ne s’apprivoise pas, elle fuit pour revenir plus fougueuse, il faut lui donner du temps pour que ses arômes d’agrumes se multiplient et qu’un soupçon d’iode traverse la dégustation.

Sphérique et aérien à la fois, ce champagne rappelle les grands chablis dans leur jeunesse, ceux qui ont été élevés sur lie et sans aucun contact boisé.

Ce multi-millésimes marnais est taillé pour la garde en cave domestique, son endurance ne fait aucun doute… comme les grands blancs !

L’essayer aujourd’hui, c’est l’accommoder avec un plat aussi fin et soigné que du Saint-Pierre avec une sauce mousseline, des filets de rougets aux suprêmes de pamplemousses ou un carpaccio de pétoncles avec un soupçon de balsamique blanc.

Les inconditionnels de l’apéritif, ici luxueux, s’orienteront vers des oeufs de saumon sur le craquelin de leur choix.

Je ne suis pas partisan pour le passage en carafe du champagne – des bulles en général – je l’ai justifié ICI. Toutefois pour cette cuvée, je fais exception si le col de celle-ci est étroit : le vin respirera avantageusement tout en conservant son indispensable effervescence.

Leave A Comment

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici