Si « La Grande Année » élaborée en rosé existe depuis 3 décennies, la maison agéenne élabore un rosé multi-millésimé depuis seulement 2008.

Or, lorsque cette cuvée a été lancée, je n’ai pas retrouvé le style étoffé et dense de la maison. C’était certes un excellent champagne rosé, cependant, il ne rimait pas avec Bollinger.

Au cours d’une tournée champenoise juste avant la Covid, j’avais pu déguster de nouveau ce champagne en compagnie de Gilles Descôtes, chef de cave de la maison, puis aujourd’hui, en juin 2021, une nouvelle dégustation au Québec a été organisée par l’agence qui représente Bollinger…

Alors ? 3 dégustations du même vin étalée sur 6 années. Verdict ?


Champagne Bollinger – Brut Rosé – Code SAQ 10955741 – 116,75 $ :

Voici le commentaire que je donnais en 2015 : 

Alors qu’on s’attendrait à un rosé très expressif, à la vinosité marquée comme le Special Cuvée, on découvre un champagne qui joue sur l’élégance et la pureté du fruité. Axé sur des arômes de cerises et de fraises des bois, au nez comme en bouche, on déguste une effervescence pleine et onctueuse qui transporte tout de même une certaine puissance, plus typique de la maison.
Un champagne rosé au caractère élégant et soigné qui complétera facilement, par exemple, une entrée de carpaccio de homard avec un filet de balsamique à l’orange.

Voici le commentaire que je donnais en 2017 :

Le nez est frais et expressif, axé sur les fruits rouges et les zestes d’agrumes. Un joli et léger rancio d’évolution se laisse capter après plusieurs minutes d’aération. On le retrouve dès l’attaque en bouche au sein d’une texture crémeuse, à l’enveloppe un tantinet amère, qui ne perdure pas en finale.

Quelques notes de fruits rouges cuits et de toast blond complètent la dégustation. La vinosité blonde est subtilement habillée de notes de groseilles, mais ce sont les saveurs du temps qui passe, qui les complètent en apportant une certaine plénitude.

Il est construit pour la table, même si l’apéritif à ses côtés se montrera fort séduisant. C’est une force tranquille et savoureuse, désormais fidèle au style de la maison, qu’on peut déguster dès son achat, pour mieux attendre les cuvées millésimées de cette dernière.

Voici le commentaire que je donne aujourd’hui, en 2021 :

Nez frais qui rappelle les arômes d’oranges sanguines, puis celui d’un subtil rancio d’évolution à l’aération. L’attaque en bouche révèle l’élevage en cave aussi bien dans les parfums que dans le comportement : amertume de thé aux agrumes et vinosité blonde, densité et fraîcheur dans les contours;

bref, j’aurais pu faire un copier/coller de mon commentaire de 2017, confirmant un style établi et un vrai travail d’alchimiste, tels que les chefs de cave champenois savent engendrer avec des vins assemblés, différents chaque année, pour une signature marquée, ici inimitable.

Un champagne rosé Brut de luxe pour apéritif de grande classe !


Composition :

Assemblage de 62% de Pinot Noir, 24% de Chardonnay et 14% de Pinot Meunier issus des terroirs d’Ay, de Verzenay, de Louvois, de Mesnil sur Oger et de Cuis. Vin rouge provenant d’Aÿ et de Verzenay.

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici