Dans la seconde moitié du XIXe siècle, en épousant Gabrielle d’Albrecht, nièce du Vicomte de Mareuil, en Champagne, Edmond de Ayala devient le propriétaire du Château d’Aÿ et de plusieurs parcelles de vignes dans la vallée de la Marne. La maison de Champagne Ayala naît ainsi en 1860 et prend son essor grâce au marché britannique, puis espagnol. En 2005, la marque Ayala entre dans le capital de la Société Jacques Bollinger (SJB), propriété de la famille Bollinger. Avec 800 000 bouteilles en production, elle semble depuis retrouver une seconde jeunesse.

Commentaire de la cuvée N 8 Rosé – Brut:

Lancé
en 2016, ce rosé pourrait être un millésimé, car seule la vendange 2008 compose
la cuvée, toutefois, comme elle est commercialisée comme un Brut Sans Année (BSA), je l’ai retenue
pour mon dernier ouvrage, Champagnes, guide et révélations, qui est seulement consacré aux champagnes multi-millésimés.

Le temps l’a longuement habillée, c’est lui qui imprègne
l’effervescence suave, accrocheuse et longue. 
Les saveurs ont été également gagnées par
l’élevage, le rancio est juste présent pour séduire, il n’occulte pas la fraîcheur illustrée par des notes
de mandarines, de poires pochées et de marmelade en finale. Bref, l’équilibre est atteint.
C’est un champagne
rosé vineux aux contours pimpant, établi pour la table, pour un service de
viande rouge aussi subtile. 
Votre gigot d’agneau du dimanche est prêt ? Il sera en
excellente compagnie.

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici