En 30 ans à peine, la marque Nicolas Feuillatte est devenue l’ambassadrice moderne d’un certain art de vivre à la Française.

Né le 29 janvier 1926 à Paris, Nicolas Feuillatte avait débuté sa carrière d’homme d’affaires aux Etats-Unis en important du café d’Afrique. Sa connaissance de l’Afrique l’avait conduit à être nommé, dans les années 1960, délégué permanent de Côte d’Ivoire aux Nations Unies.

L’aventure du champenois Nicolas Feuillatte commence en 1972 lors de son retour en France, la même année que la création par Henri Macquart du Centre
Vinicole de la Champagne (CVC) qui, pour soutenir
les vignerons qui n’ont pas d’installation, créé un centre de stockage et de
vinification à leur service. 
Leur chemin vont se croiser quelques années plus tard…

La récolte très abondante de 1970 avait entraîné des problèmes d’espace de stockage pour l’industrie dans son
ensemble, cautionnant a fortiori l’initiative de Henri Macquart. Le centre va
alors se doter de la première cuverie totalement construite en acier
inoxydable.

  
Dans la décennie précédente, Nicolas Feuillatte et son frère avaient
acheté 12 hectares à Bouleuse près
de Reims, qu’ils avaient réhabilités pour commercialiser leurs propres cuvées
dès 1976, après avoir vendu leurs raisins aux grandes maisons pendant une
dizaine d’années. 
Toutefois, les approvisionnements devenant incertains au
début des années 1980, Nicolas Feuillatte décida de céder sa marque en 1986 au
CVC qui ajouta alors une activité commerciale à sa vocation première de
production. 

Le Centre Vinicole Nicolas Feuillatte devînt alors une union de
coopératives qui allait rapidement s’imposer comme la plus dynamique, depuis
Chouilly où elle installa son siège social. Non détenue par des financiers,
mais par ses adhérents, cette union devait se révéler solide et puissante. La marque va connaître un développement rapide. Les expéditions passent
de 500 000 bouteilles en 1986 à 1 200 000 bouteilles en 1989, pour retomber
dans les années 1990. 

En 1994, la direction décide de lancer deux lignes de
cuvées : la première pour la grande distribution, la seconde pour le
circuit traditionnel (caviste, traiteur, club, restaurant). Une stratégie
fructueuse puisque Nicolas Feuillatte expédie 1,9 millions de bouteilles en
1996.

  
Coopératives et viticulteurs indépendants adhèrent progressivement à
cette union qui devient en 2008 la 3e marque en Champagne et le 7e exportateur
de l’appellation. Elle commercialise alors 8,3 millions bouteilles cette
année-là dont 43 % est destiné à l’export.

  

Avec environ 5000 viticulteurs adhérents au sein de 85 coopératives sur
les 140 que compte la Champagne, Nicolas Feuillatte est globalement
approvisionné aujourd’hui par 7 % du vignoble sur la plupart des crus.  

En 2009, elle a tiré 21,6 millions de bouteilles contre 26,3 en 2008.
Elle en a commercialisé 7 millions et elle en stocke près de 100 millions. Sa
capacité de cuverie est de plus de 300 000 hl.

Plus de 10 millions de bouteilles NF ont été expédiées dans le monde en 2014.

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici