Aux États-Unis, pas au Canada. Désolé pour la mauvaise surprise, cher consommateur du Québec…

La première question qu’on m’a posé au sujet de ce champagne vendu 19,99 $ fut :
 "Est-ce vraiment du champagne ?"

Question légitime lorsqu’on ne connaît pas l’établissement commercial du champagne et qu’on est habitué à le payer 65 $ en moyenne au Québec.

Oui, il s’agit bien de champagne vendu sous le seul nom de la région dans la gamme de produits Kirkland Signature. 
Il s’agit donc d’une "Marque auxiliaire" (MA) autorisée selon les lois qui régissent la commercialisation du vin de Champagne: une coopérative, une maison ou un récoltant est en droit d’élaborer pour un client X (la marque auxiliaire) un certain nombre de bouteilles si le contrat est avantageux de part et d’autre.

La deuxième question fut : 
"Est-ce bon?"

Et l’avis qui suit n’engageant que moi, je dois écrire que ce champagne de catégorie Brut, élaboré par la maison Janisson de Verzenay (comme la contre-étiquette doit le mentionner) est plutôt agréable et typé, sans être emballant. 
Ce qui signifie qu’il est aussi bon que les cuvées d’entrée de gamme des marques qui s’échelonnent sur les tablettes de la SAQ. Je pense que dans une dégustation "à l’aveugle", il sortirait en bonne place parmi une sélection de champagne reconnu.


Et la troisième question, tout aussi légitime, me fut posée : 
"pourquoi paie-t-on aussi cher le champagne au Québec alors qu’il peut coûter 20 $ chez nos voisins du sud ?"

Le fameux débat sur le tarif des vins au Québec… récurrent et controversé. 
Si je considère que la différence des prix au détail en ce qui concerne les vins tranquilles est de moins en moins flagrante (tout en considérant le coût du transport pour acheminer les produits au Québec), elle reste bien réelle en ce qui concerne le champagne et l’on peut facilement observer que le tarif moyen d’une bouteille au Québec est sensiblement le double de la même bouteille vendue en grande surface dans un état américain ou en Europe. 
Un exemple: le Brut de Veuve Clicquot est à 35 $ sur la côté Est-américaine, il est à 66 $ au Québec.
Pourquoi une telle différence ? 
Parce que les marges dans la négociation entre le producteur et le revendeur sont différentes. C’est tout. 
Toutefois, la marge que les producteurs de champagne négocient pour eux-même est souvent la même quels que soient leurs distributeurs à l’étranger. 

Notre cher monopole serait-il donc plus gourmand que les autres détaillants ? 
Oui.

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici