Des champagnes qui ont de l’endurance…

En 1843, Edmond
Besserat fonde sa maison de champagne à Aÿ et élabore une production d’environ
30 000 bouteilles. Son petit-fils épouse dans les années 20 Yvonne de Méric de
Bellefon et décide alors que le champagne sera commercialisé sous le nom
Besserat de Bellefon. 

Les conséquences de la Seconde Guerre mondiale obligent
la famille à céder leurs actifs au groupe Dubonnet-Cinzano, qui décide de
transférer le siège social tout en faisant construire des bâtiments qui
permettent, grâce à des innovations technologiques, le renouveau de la marque.

Celle-ci entre dans le groupe Marne et Champagne en 1991 avant d’intégrer
Boizel Chanoine Champagne en 2006 pour être toujours aujourd’hui dans le groupe
Lanson BCC. 

Les vins ne font pas de fermentation malolactique, ils peuvent se
révéler incisifs dans leur jeunesse, c’est pourquoi même les Brut sans année de
Bessarat de Bellefon gagnent à être gardés deux à trois ans après leur achat,
notamment le Blanc de Blancs.

 

Lieu : 22, rue Maurice
Cerveau BP 138  51205 Épernay 

Téléphone : 03 26 78
50 50 

Commentaire de la cuvée «  Cuvée
des Moines » – Rosé Brut

Un rosé d’assemblage
dont une partie vient du village Les Riceys où la maison a quelques vignes.
Onctueux en bouche grâce à des bulles fines et vives – curieusement fugaces -, on déguste un vin nerveux dans le comportement, délicat dans les flaveurs de petis fruits rouges.
Un champagne rosé de facture classique et bien construit, plus léger et plus apéritif qu’étoffé et
riche. Je le préconise en apéritif ou sur un soufflé de poisson.

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici