Au-delà du vin très bien élaboré, son étiquette résume ce qu’on reproche souvent aux appellations de France, trop compliquées à lire pour le consommateur qui n’est pas français. Et encore… Pourquoi ? Parce qu’il y a trop de mots ! 4 mots eurent été plus efficaces pour le marché nord-américain : le nom du vin, le nom du cépage, le millésime et l’appellation, c’est tout. Le cépage, déjà complètement méconnu du consommateur profane, est ici répété deux fois ! L’adjectif "incomparable" est imprononçable pour un anglophone et les autres commentaires apparaissent redondants… Bref, est-ce que cette étiquette très jolie et un tantinet rétro n’a été conçue que pour le marché francophone ?

Commentaire du Pyrène 2017 – Gros Manseng – Côtes de Gascogne – France :

Du pamplemousse au nez et du pamplemousse en bouche ! 
Donc, si vous n’aimez pas ce fruit, achetez la bouteille d’à côté ! 
Si, par contre, comme moi, les agrumes sont votre tasse de thé, vous allez trouver ce vin blanc impeccable !
Souple, zesté, pas trop mûr, moins exotique que bien des Côtes de Gascogne concurrents, on déguste ce vin, en apéritif avec des chips, sur une entrée de crevettes citronnées ou en sortie avec un fromage un peu crayeux, pas trop puissant.

Et pour le prix, ça fait une caisse à 180 $, prête pour l’ouverture de la piscine dans 3 mois !

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici