Arrière petit-fils de Pio Cesare, Pio Boffa était à Montréal au mois de mars dernier pour présenter à la presse spécialisée les millésimes prochainement commercialisés en SAQ et d’autres, déjà présents sur notre marché. Fondé en 1881, le domaine piémontais dispose aujourd’hui d’environ 70 hectares de vignes qui produisent un demi million de bouteilles annuellement. Une quinzaine d’étiquettes pour une vingtaine de lieux-dits en propriété sont proposées aux consommateurs. Bien entendu, les appellations Barolo et Barbaresco sont les locomotives locales, suivies des non moins renommées Langhe, Barbera d’Alba, Gavi, Dolcetto, etc…

C’est en famille
que Pio Boffa dirige son domaine, accompagné de son cousin Augusto depuis les
années 1990; décennie où il commença à innover en travaillant le chardonnay,
fort d’une expérience californienne acquise chez Robert Mondavi dans les années
1970. Ainsi sont nées les cuvées de vin blanc L’Altro et Piodilei où le fameux
cépage bourguignon offre ses deux grandes caractéristiques, la minéralité dans
le premier, l’ampleur dans le second.     
« C’est parce
que vous ne connaissez pas le nebbiolo, que vous n’avez pas de repères dans le
Piémont, que j’aimerais que vous veniez chez nous. Votre avis, votre franchise
nous seront d’un énorme soutien », voilà ce que Pio Boffa a répondu à feu
Denis Dubourdieu pour le convaincre de découvrir Alba et sa région, et de venir
y travailler. Sans doute est-ce logique qu’il y ait désormais, depuis quelques
années, un faible pourcentage de sauvignon blanc dans la cuvée L’Altro ?

Le style des vins
Pio Cesare est traditionnel, dans le bon sens du terme, c’est à dire qu’il
n’est pas commun, mais construit précisément. « Ils sont classiques parce
qu’ils représentent un terroir et des appellations bien définies » aime
rappeler Pio Boffa.

  

Toutefois, quelques
parcelles où la maturité des vignes se comporte différemment ont permis de
créer des vins particuliers, L’Ornato (Barolo), Il Brico (Barbaresco), Fides
(Barbera d’Alba) et Piodilei (Langhe chardonnay) : « Il sont très
différents des classiques de la maison, ils sont plus modernes, plus
riches » renchérit son élaborateur.

Pourtant ces vins,
certes moins austères dans leur jeunesse, présentent l’élégance et la structure
solide des crus locaux.

  

Je vous les
présente brièvement ici.

  

L’Altro 2016 – code 00968982 – 29,45 $ – arrive en
juillet 2018

  

Expressif, vif et
citronné au nez, texture ronde, notes d’acacia, l’apport de sauvignon donne une
fraicheur finale agréable au palais. Idéal sur un filet de saumon en papillote.

  

Piodilei 2015 – code 11072026 – 52,25 $ – disponible en
novembre 2018 (2013 disponible)
 

Expressif et beurré
au nez, gras en bouche, exotique et un peu édulcoré dans les arômes, rappelle
certains AOC Limoux. Un chardonnay – pour le coup moderne – dense et imposant
qu’un fromage de style double crème saura dompter.

  

Fides 2013 – Barbera d’Alba – code 10802349 – 45 $ –
Disponible en août 2018

  

Discret au nez,
fruits rouges et épices légères en bouche, texture ronde, bel équilibre entre
la vinosité et la fraîcheur. On la joue simple avec une pizza de son choix ou
plus complexe avec un filet de canard.

  

Barbaresco 2014 – code 00905026 – 72 $ – Disponible en
novembre 2018

  

Nez discret,
attaque ferme, texture serrée et finale courte. Fruité rouge, soupçon boisé. Ne
s’ouvre pas rapidement, apparaît en dormance au moment de la dégustation.
Devrait se livrer vers 2019.

  

Barbaresco 2010 – code 00905026 – Déjà dans le cellier
des chanceux (2013 toujours disponible)

  

Nez élégant et
racé, notes grillées, presque cacaotées, exprime sans doute davantage la
chaleur du millésime que l’élevage domestiqué. Le fruité est rouge, la matière
est confite sans être râpeuse, ce vin est jeune, affirmatif comme un adolescent et
devrait charmer comme un adulte vers 2030.

  

Barolo 2014 – code 11187528 – 71,65  – Disponible en juillet 2018

  

Plus acidulé que le
Barbaresco du même millésime, plus floral aussi, la matière est serrée et
accrocheuse, elle s’étire pourtant en bouche dans un fruité rouge que des notes
de fût viennent à peine caresser. La fraicheur du millésime signe un vin dont
on a assuré l’équilibre, c’est bien là l’essentiel. Surtout pour le gigot
d’agneau qui pourra l’accompagner.

Barolo 2010 – code 11187528 – Déjà dans le cellier des chanceux
(2012 toujours disponible)

  

Forcément plus
souple que le 2014, tout y apparaît délicat, ou plutôt contenu, maîtrisé :
le fruité épicé, l’ampleur des tanins veloutés, le boisé deviné. Il se referme
après quelques minutes pour simplement nous dire qu’il est encore jeune et
solide, et qu’il s’exprimera comme il se doit vers 2030.

  
Il
Brico 2014 –  Barbaresco – code
11213571  130,50 $ – Disponible en fin d’année

  

Expressif, mûr dans
le fruité rouge, un soupçon torréfié, Pio Boffa a raison de dire qu’il est
moderne, et pourtant, il n’est pas lourd et concentré, car le terroir domine et
s’exprime. Un vin dont la richesse qu’il transmet n’est pas celle d’un parvenu,
mais celle d’un sage qui a su compter… 

Il Brico 2009 – Barbaresco – 130,50 $ – code 11213571 

  

Un soupçon évolué
au nez (cuir), on est surpris par la fraicheur de fruit une fois le vin en
bouche, car même le comportement reste vif. Les tanins sont serrés, pourtant
aériens dans l’enveloppe qu’ils illustrent. À n’en pas douter, Pio Boffa a ici
raison, l’Il Brisco est différent du Barbaresco classique de la maison.
Cependant, je pense qu’il est moins endurant que ce dernier, À déguster sans
retenue dès aujourd’hui avec une viande rouge parée de champignons.

  

Ornato 2014 – Barolo – code 13550079 – 113,50 $ –
Disponible en fin d’année (2012 et 2013 disponibles)

  

Jeune, fougueux,
boisé (voire fumé ?) et concentré, toutefois distingué, solide et racé, ce
Barolo Ornato semble plus proche du Barolo classique de la maison en raison
peut-être du millésime où la fraicheur s’est imposée à la chaleur. L’acidité
enveloppe une chair suave, elle devrait permettre une certaine endurance. Très
agréable aujourd’hui car sur le fruit. Sans doute à point vers 2025.     

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici