À l’exception de celles et ceux qui ont une cave, il est rare aujourd’hui de pouvoir déguster un vin qui a dix ans, sauf quand il est commercialisé à cet âge. C’est le cas de la catégorie Gran Reserva sur l’appellation Rioja en Espagne, puisque le règlement stipule pour celle-ci un minimum de 5 années de vieillissement (2 ans en fût, 3 ans en bouteille) avant sa commercialisation. Selon les désirs de l’élaborateur, un Gran Reserva pourra être ensuite vendu quand bon lui semble selon les saveurs espérées et le marché visé. Et en ce qui concerne notre marché Québécois, le Riscal 2007 arrive justement à point nommé : pour nos festivités !

Certes, les patients peuvent glisser cette bouteille sur les clayettes de leur cellier, elle pourra être ouverte autour de 2022.

Toutefois, la décennie passée dans les chais du domaine a déjà laissé son empreinte sur ce vin qui se montre d’une immense suavité en bouche.

Les saveurs rappellent les fruits noirs légèrement confits (mûres, cerises, pruneaux); quelques notes d’épices (poivre gris) se laissent saisir en finale de dégustation; le boisé étant logiquement présent puisque c’est la signature de cette catégorie. Il donne ici l’impression d’être un peu mouillé, cependant, le volume du vin présente encore une fine acidité dans son enveloppe, un rappel de sa jeunesse endurante, qui apporte de la fraîcheur.

Entre le départ d’un rancio d’évolution et la puissance contenue des bons vins rouges qui savent vieillir, ce Gran Reserva 2007 est aujourd’hui mûr et son effet sur votre table des fêtes sera assurément conquérant, qu’il soit partagé avec la classique dinde farcie comme il se doit, l’incontournable tourtière selon la recette de grand-maman (forcément la meilleure) ou le ragoût du gibier que vous voulez, qui aura cuit avec du Madère.

Ça vous donne faim ? 

Moi aussi. 

Bon appétit et joyeux temps des fêtes !!  

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici