Septembre 2014, Stéphanie Lorton, directrice commerciale de la maison est au Québec. Elle présente aux journalistes de la presse spécialisée cette maison de Rully, digne ambassadrice de l’effervescence Bourguignonne depuis 60 ans.

J’ai eu l’occasion de déguster ces vins à plusieurs reprises au cours des dernières années. Les commentaires qui suivent sont issus d’une dégustation entreprise le 18 septembre 2014, ils peuvent donc être différents des précédents, écrit sur le net ou dans mon guide.

Particularité de la maison : aucun fût dans l’élaboration, malolactique automatique, vin d’une seule année, mais non déclaré en tant que millésime.

La maison familiale a été fondée en 1951 par Lucien Vitteaut et Maria Alberti. Spécialisée dans les bulles depuis 3 générations, la société s’est énormément développée par le bouche à oreille puisqu’il n’y avait pas de réseau commercial autrefois… 

Gérard Vitteaut, le fils de Lucien et Maria, a repris le domaine à la fin des années 1960, il fut particulièrement impliqué dans la création de l’appellation en 1975. 
Sa fille, Agnès, lui a succédé en 2010. 
450 000 bouteilles aujourd’hui tirées grâce à 17 hectares de vignes en propriété, additionnées de plus ou moins 6 hectares en approvisionnement dont une partie sert, aussi, aux vignerons vendeurs. 

Ce que j’apprécie de cette maison est qu’elle ne s’est pas dispersée en élaborant de multiples cuvées qui, finalement, perdent le consommateur. Ses vins se distinguent facilement, ils sont nets, précis et accessibles.

Crémant de Bourgogne – Vitteaut-Alberti – Blanc Brut – code 12335166 – 28 $
40 % pinot noir / 20 % Aligoté / 40 % chardonnay

Je relis mes notes du Guide Revel 2014 et je ne peux que faire un copier/coller tellement ce vin reste constant dans son comportement, gage d’un travail en cuverie remarquable : plus corsée que les autres cuvées, celle-ci se montre également
plus rustique, tout en offrant de l’élégance. Les flaveurs sont
 fruitées, marquées par l’acidité de fruits rouges, elles offrent des
notes d’orangettes et de tisane. Complexe et gras en raison d’une
mousse fine et satinée qui tapisse sans déborder, ce vin est l’hôte
obligatoire d’un mets raffiné à base de poisson ou d’un fromage légèrement puissant.

Crémant de Bourgogne – Vitteaut-Alberti – Blanc de Blancs Brut – code 12100308 – 23,70 $
80 % chardonnay / 20 % aligoté

Plus citrique au nez comme en bouche que le Brut Blanc (citron confit), l’effervescence reste crémeuse et aérienne, son enveloppe s’accroche longuement, quelques notes pâtissières se laissent capturer en finale, les bulles se font plus menues, plus fines dans le comportement. Un mousseux à la fois pur et profond qui soutiendrait facilement une assiette de homard au beurre blanc.

Crémant de Bourgogne – Vitteaut-Alberti – Rosé Brut – Autour de 15 euros en France
100 % pinot noir

Nez expressif, légèrement épicé (poivre blanc), plus axé sur les noyaux de cerises à l’aération. L’attaque est fraîche, toutefois le vin semble plus dosé en bouche que les blancs. L’effervescence est fondante, les bulles sont bien nouées, elle forment une impression de crème qui perdure jusqu’en finale où l’on décèle quelques notes d’orangettes (cacao et zeste). Un rosé qui a de la consistance sans manquer d’élégance. Je vois bien un accompagnement de poulet rôti…

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici