Picamelot: un crémant abouti

 

La cuvée dégustée
en 2011 m’avait déplu, celle-ci – qui est pourtant la même – apparaît
mieux aboutie. Le premier nez rappelle un bouquet d’herbes avec quelques notes
d’anis, puis à l’aération quelques accents toastés se laissent capturer.
L’effervescence se présente aussi crémeuse à l’attaque qu’en milieu de
dégustation, elle transporte les arômes initialement perçus. Tout est franc, simple, direct, bien construit, c’est un bon
crémant d’apéritif qui donne envie de découvrir les autres cuvées de la maison, notamment la millésimée tirée uniquement en magnum.

À propos de la maison Picamelot:

Philippe Chautard dirige aujourd’hui la maison fondée par son grand-père Louis Picamelot en 1926. La maison a su évoluer au cours du XXème siècle notamment en achetant une carrière de craie à Rully qui jouxte la cuverie.

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici