Le Vénézuéla possède sa DOC en matière de « Ron » depuis 2003. C’est peut-être pour cela que ces marques internationales gagnent de plus en plus d’amateurs, car même si le cahier des charges est souple et que de nombreuses cuvées se ressemblent, freinant me semble t-il une signature nationale, le rhum vénézuélien est toujours charmeur. Santa Teresa qui élabore sa propre eau-de-vie depuis 123 ans en est un bon exemple.

Rhum 1796 de Santa Teresa

Commentaire du Ron Solera 1796 de Santa Teresa – 40 % – Vénézuéla :

Je m’attendais à beaucoup de caramel, à de la lourdeur en bouche, bref, à un énième rhum sud-américain sans complexité et à la longueur aromatique sucrée.
Et bien non !

Certes, le cacao, les fruits secs et la banane sont bien là dans les effluves subtilement gommés, mais toujours présents, une fois l’eau-de-vie en bouche. Toutefois, la texture est légère, souple, fluide et longue. Elle s’étire sur quelques épices et un caractère torréfié qui donnent envie d’en reprendre !

Ce rhum de mélasse ne mélasse pas notre bouche et rien que pour cela, il est mon premier coup de coeur de l’année 2019 !
Les amateurs de cigares trouveront le calibre qu’ils veulent… Quelque chose de léger dans la puissance des feuilles est préférable tout de même avec ce vénézuélien.
Et les inconditionnels du chocolat se doivent de mettre la main sur le coffret Accords Rhum de la chocolatière Joane Lheureux.
Il y a au moins une bouchée sur les quatre offertes qui fera leur soirée !

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici