Influencées par les tendances de certaines époques et les progrès de moulage du verre, les sociétés ont employé toutes les sortes de verres à pieds, depuis la coupe évasée jusqu’à la flûte étroite en passant par le simple ballon. La fameuse coupe « de nos grand-mères » permettait grâce à sa forme d’aérer le vin effervescent, de le rendre moins pétillant. On ne pouvait y apprécier le train de bulles et très souvent, le vin débordait au moment du service ou dans la jubilation de l’événement. La coupe a été populaire du fait que son moulage était facile pour les premières entreprises de cristallerie. Elle est de plus en plus rare dans les boutiques spécialisées.

La flûte est encore très
appréciée et reste la plus populaire parce qu’elle offre au dégustateur le
spectacle du train de bulles qui monte à la surface. Sa forme allongée et
étroite se distinguant forcément des autres verres, tout le monde sait qu’on déguste un champagne ou un mousseux dès qu’on l’aperçoit. Toutefois, elle n’est
pas la plus efficace pour apprécier le vin, car son gobelet étroit emprisonne
les arômes et accentue l’effet gazeux. 

Les flûtes ont été créées à la fin du 18ème siècle, à l’époque où le vin de champagne ne pétillait pas de façon systématique. 
Devenues classiques dans le service en brasserie un siècle plus tard, les maîtres d’hôtel dépolissaient le fond intérieur de la flûte par une croix gravée afin d’exacerber l’effervescence, puisqu’au contact d’une surface rugueuse, le gaz carbonique naît plus facilement. Encore aujourd’hui, certaines flûtes présentent cette astuce discrète.
Je rappelle par ailleurs que jusque dans les années 1850 – soit 150 années environ après la création "officielle" du champagne – seulement 20 % de la production du vin élaboré en Champagne était vraiment effervescente !  Les maisons perdaient encore jusqu’à 50 % de leur production parce que les bouteilles explosaient en cave.

Partant du principe que
champagnes et mousseux sont avant tout des vins blancs (ou rosés) transformés
en vins effervescents, je considère qu’un verre à vin blanc classique est la
forme la plus adéquate pour les apprécier au mieux, si l’on ne veut pas multiplier les variétés de verres dans son vaisselier. 
Depuis plusieurs années,
les flûtes sont d’ailleurs de plus en plus bombées et leur silhouette ressemble
à celle de verres traditionnels, plus allongés. 
On les appelle verre Tulipe. 

Le marché étant riche de marques
offrant jusqu’à dix formes pour une seule catégorie de vin, c’est au final une
question d’esthétique une fois le choix de l’efficacité établie et le budget permis.

Au Québec, vous trouverez les marques conseillées ci-dessous, avec un bon service, dans les boutiques spécialisées tel que Vin & Passion, Vinum Design ou Alambika

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici