La Champagne est en deuil, la maison Charles Heidsieck et la maison Piper-Heidsieck sont en deuil. Je n’aime pas la vendange 2014… En 2006, alors que Chrystine Brouillet et moi-même séjournions en Champagne pour la rédaction du livre « Couleur Champagne » (Flammarion Québec), Thierry Roset nous avait accueilli et proposé d’assister à la sélection et aux assemblages des vins clairs, véritable étape d’alchimie dans l’élaboration du champagne. Il nous parlait de sa fébrilité à la veille des vendanges…

«Une année commence… Quelles surprises nous réservera-t-elle ? J’aime l’automne et l’hiver pour leurs odeurs, pourtant, il n’y a pas une saison plus importante que l’autre, car elles construisent toutes, à leur façon, le champagne. Mon métier me comble; Moi qui
n’étais pas à l’aise à l’école, l’oenologie était ce qui pouvait me convenir le
mieux; durant mes études, je n’avais pas l’impression d’apprendre, mais de
compléter, d’alimenter mon penchant pour la gourmandise…»

Un gourmand bien modeste qui vient de nous quitter, il laisse aux gourmets des vins exceptionnels dont le Brut Réserve qu’il avait créé il y a 2 ans. Une cuvée magnifique offerte dans un flacon dessiné d’après la silhouette de la crayère 9 de la maison.
Thierry Roset est aux côtés de Charles Heidsieck et de Daniel Thibaut, celui qui l’avait engagé en 1988. Je suis sûr qu’ensemble ils débouchent un Blanc des Millénaires, comme lors de cette belle soirée d’avril 2000 où j’avais mieux compris, à leurs côtés, l’essence même du champagne.

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici