André Drappier raconte l’histoire de la création du champagne Drappier.

En 50 ans, la famille Drappier a su donner ses lettres de noblesse à la champagne « pouilleuse », cette champagne du sud, celle de l’Aube, autrefois méprisée et rejetée par la champagne marnaise. Aujourd’hui devenue le grenier de toute la Champagne, la Côte des Bar affiche ses liens avec les grandes maisons. Si plusieurs vignerons de l’Aube peuvent aujourd’hui vendre leur propre champagne, leur propre marque de Tokyo à Montréal, c’est grâce à André et Michel Drappier qui ont défriché les marchés pour imposer le champagne de l’Aube et permettre à des récoltants locaux qui leur vendaient du raisins, d’être à présent sur les plus belles tables du monde en vantant le terroir de Gyé, d’Arrentières, de Montgueux, de Les Riceys, d’Essoye, de Mussy, de Bligny ou de Clairvaux, parsemés de cadoles qui rappellent l’histoire viticole de la région.

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici