Si vous regardez de plus près la coiffe ou les épaules de certaines bouteilles de champagne, vous apercevrez un cachet avec cette inscription : « By appointment to Her Majesty the Queen ».

Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit du Royal Warrant, le brevet royal de la cour d’Angleterre accordé à des sociétés qui vendent leur création à la maison souveraine. De multiples produits, depuis un chandail de laine jusqu’à de la porcelaine, en passant par un tracteur (!) ont reçu la caution officielle de la reine.

À quoi sert-elle ? À rien !

J’exagère un peu. C’est une reconnaissance officielle, une mention honorifique qui, certes, aident les ventes du produit gratifié si le consommateur porte une attention particulière à ce qui entoure une cour royale.

Le sceau rassure le consommateur qui s’imagine partager les mêmes goûts que l’aristocratie régnante ou non régnante.

Il ne s’agit pas d’une garantie de qualité même si un comité a la charge de vérifier la nature des produits.

La plupart des Royautés de ce monde ont et offrent leur sceau de fournisseur, depuis la Suède jusqu’à la Thaïlande en passant par le Japon. Même les monarchies déchues comme celle de la France, de la Hongrie, de la Roumaine ou de la Russie véhiculent encore leur caution.

Il faut noter que les brevets sont multiples au sein d’une même famille royale. La Britannique présente par exemple, celui de la Reine, celui du Duc d’Édimbourg et celui du Prince de Galles.

Elle a présenté également le brevet de la Reine-Mère jusqu’en 2007. Celui-ci ayant été supprimé 5 années après le décès d’Élizabeth Bowes-Lyon.

Jusqu’à aujourd’hui, la famille Britannique autorisent 9 maisons de Champagne à présenter l’armoirie officielle. Certaines maisons peuvent disposer de plusieurs brevets royaux, issus de cours différentes.

Moët & Chandon, Louis Roederer, G. H. Mumm et Veuve Clicquot-Ponsardin disposent du brevet de la cour royale d’Autriche-Hongrie.

Quant à la cuvée Cristal de Louis Roederer, elle est la seule à disposer du brevet de la cour royale Russe puisque c’est l’empereur Alexandre II qui avait demandé cette création exclusive en 1876.

Combien ça coûte ? Et bien curieusement rien !

Ces brevets sont décernés gratuitement. Aucune catégorie de transaction et aucun troc ne sont permis. Toutefois, en ce qui concerne les brevets Britanniques, une cotisation de 600 livres est prescrite, ce qu’on considèrera comme modeste au regard de ce que l’armoirie peut rapporter au niveau commercial.

Les règles peuvent évoluer. Ainsi, les fournisseurs officiels de la Reine d’Angleterre étaient autrefois exempts de taxes marchandes ou d’impôts. Enfin, sauf exception (voir Cristal de Roederer), le Royal Warrant britannique est décerné à une entreprise pour l’ensemble de ses produits et non pour un seul produit, afin d’éviter que les consommateurs sachent quel est ce dernier, consommé par la reine ou le roi.

Est-ce profitable ? Autrefois oui. Aujourd’hui peut-être.

En effet, certaines marques ne véhiculent plus systématiquement l’information dans leurs communiqués ou leurs produits, jugeant peut-être qu’elle apparaît désuète, anachronique ou précieuse au regard de nouveaux marchés à conquérir.

Quoi qu’il en soit, les brevets royaux habillent les coiffes ou les étiquettes de bien des vins effervescents ou tranquilles. La cour britannique étant la plus célèbre et la plus populaire, voici la liste chronologique des champagnes qu’elle a brevetés, dans la langue officielle :

Champagne Lanson : Purveyors of Champagne HM The Queen Master of the Household – Obtenu en 1900

Champagne Bollinger : Purveyors of Champagne HM The Queen Master of the Household – Obtenu en 1955

Champagne Moet & Chandon : Purveyors of Champagne HM The Queen Master of the Household – Obtenu en 1955

Champagne Veuve Clicquot-Ponsardin : Purveyors of Champagne HM The Queen Master of the Household – Obtenu en 1955

Champagne Louis Roederer : Purveyors of Champagne HM The Queen Master of the Household – Obtenu en 1962  / Notez que la maison L. Roederer appose le sceau de la cour de Russie sur les bouteilles de sa cuvée Cristal.

            

    

Champagne Krug : Purveyors of Champagne HM The Queen Master of the Household – Obtenu en 1962  /apposé dans le coffret de vente plutôt que sur la bouteille

Champagne GH Mumm & Cie : Purveyors of Champagne HM The Queen Master of the Household – Obtenu en 1964  / non systématiquement apposé sur les bouteilles

Champagne Laurent-Perrier : Purveyors of Champagne HRH The Prince of Wales – Obtenu en 1998

Champagne Pol Roger : Champagne Supplier HM The Queen Master of the Household – Obtenu en 2004

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici