La maison de champagne De Venoge l’a adoptée; c’est sans doute une preuve qu’elle fonctionne parfaitement. Je l’ai donc essayée avec plusieurs bouteilles ouvertes dont le volume restant de vin était différent. L’idée est astucieuse. Il s’agit en fait d’un bouchon stoppeur traditionnel, comme ceux qui existent déjà sur le marché et qui permettent de boucher une bouteille de vin effervescent entamée durant, en gros 48 h, selon le volume restant. Toutefois, la tête du bouchon comporte ici une ouverture dans laquelle on introduit une pompe qui, au lieu de retirer l’air comme pour les bouteilles de vins tranquilles, en envoie ici dans la bouteille jusqu’au niveau restant du vin effervescent, le protégeant de l’oxydation et surtout, permettant la conservation du gaz par contre-pression. Verdict ?

J’ai testé cet énième gadget Wecomatic dans des conditions extrêmes, comme on dit…

J’ai laissé l’équivalent d’un seul verre dans une bouteille entamée depuis 24 h; une façon radicale de savoir si oui ou non, le peu de gaz carbonique qui restait dans le vin ne serait pas « manger » par l’oxygène « enfermé » dans le reste de la bouteille.

Et bien, cela a marché !!
Je dirai même que le retrait du bouchon fut aussi franc que lorsqu’on débouche une bouteille de champagne neuve. Le « pop » fut net et puissant.

J’ai fait le même exercice en laissant une bouteille à moitié consommée pendant une semaine au réfrigérateur.
Résultat aussi efficace.

Combien cela coûte ?
Autour de 20 euros en Europe, donc sans doute 35 $ lorsqu’il sera commercialisé chez nous…

On peut le commander à Wecomatic.

wecomatic

2 Comments

  1. Claude Paquette 11 février 2021 at 14h02 - Reply

    Cher Monsieur,

    Où l’acheter au Québec ?

    Merci.

    • Guénaël Revel 11 février 2021 at 14h08 - Reply

      Non disponible encore au Québec, il faut le commander par le biais du site internet mentionné. Vous pouvez aussi demander aux magasins spécialisés de la province comme Vins & Passions, Alambika ou Vinum Design.

Leave A Comment Annuler la réponse

Suivez-moi sur Facebook

C’est ici